Toumba Diakité sur RFI : questions sur une interview

Le lieutenant guinéen Aboubakar Sidiki Diakité, que l’on appelle communément Toumba Diakité, toujours en fuite, a été interrogé à deux reprises par RFI, ce qui a surpris de nombreux auditeurs. Toumba Diakité se cache depuis le 3 décembre 2009, jour où il a tiré, en le blessant gravement, sur le capitaine Dadis Camara. Comme la première (le 15 décembre 2009), la seconde interview, diffusée le 5 février 2010, a suscité de nombreuses interrogations, qui méritent réponse.

 

 Il ne me revient pas de juger la véracité ou le bienfondé des propos tenus, à l’antenne de RFI, par Toumba Diakité. Je voudrais simplement  répondre à ces deux questions simples, et que vous avez raison de nous poser : dans quelles circonstances et pour quelle raison RFI a-t-elle donné la parole à un homme accusé d’avoir participé aux exactions dans le stade de Conakry, le 28 septembre 2009, et d’avoir tiré sur le chef de la junte, dont il était l’aide de camp ?
 
1)      Comment RFI a-t-elle joint Toumba ?
 
« Je voudrais savoir comment RFI fait pour entrer en contact avec Toumba, alors que nous ne cessons d’entendre qu’il est recherché », demande un auditeur-internaute. D’autres jugent cela bien étrange, et en tirent des conclusions que je me dois de qualifier de fantaisistes, pour ne pas dire injurieuses : « si RFI sait où est Diakité, c’est qu’elle et d’autres sont complices de sa fuite » …ou encore : « Toumba est géré par le quai d’Orsay, et RFI est mandaté pour faire de faux scoop, pour encore semer la zizanie »…etc, etc. Jusqu’à cet auditeur qui accuse RFI de faire parler les morts : « il n’est pas sûr que Toumba soit vivant » !
 
RFI ne sait pas où se cache cet homme. Ce n’est pas la rédaction qui a sollicité ces deux interviews. A chaque fois, le journaliste en charge du dossier a été joint par un intermédiaire, qui a fait part du souhait de Toumba de s’exprimer sur RFI. Il a expliqué comment établir le contact téléphonique.
Une fois ce contact établi, comment être sûr que l’homme au bout du fil est bien le lieutenant Diakité ? Comment être certain de n’être pas manipulé, piégé, trompé ? En effectuant un travail méticuleux de questionnements, de recoupements, pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mystificateur. Ce travail, long, a été fait par le journaliste.
 
2)      Pourquoi diffuser ces interviews?
 
« J’avoue ne pas comprendre que les médias internationaux dont RFI que je respecte, veuillent faire de ce triste personnage un héros… » écrit un internaute qui pose là une vraie question : toute parole est-elle bonne à recueillir, et à rendre publique ? Sans doute pas. Mais en l’occurrence, RFI a eu raison, car l’interview de Toumba est un document. Bien sûr, il dit ce qui l’arrange, et il parle parce qu’il pense avoir intérêt à le faire. Mais il est intéressant d’entendre la ou les version(s) des événements de la bouche d’un homme qui a joué un rôle clé dans l’histoire toute récente de la Guinée, serait-ce par une tentative d’assassinat !
Ouvrir l’antenne à cet homme à tout bout de champ, ce serait en faire un héros, et se prêter à toutes les manœuvres. Faire entendre ce qu’il a à dire deux fois en deux mois, c’est livrer un témoignage, et donc offrir une information.
 

0 Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tag HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question vous est posée pour vérifier si vous êtes un humain et non un robot et ainsi prévenir le spam automatique.
Image CAPTCHA
Recopier les caractères de l'image (en respectant les majuscules, minuscules et sans espace).