Un voile qui ne passe pas

La dernière campagne de promotion de RFI à l’adresse de son public français, et notamment d’Ile-de-France, a choqué. Cette campagne est déclinée en quatre photos, représentant une femme portant le niquab, un enfant soldat, un sol craquelé par la sécheresse, et des dirigeants mondiaux réunis lors d’un G20. La femme voilée, apparue sur les bus parisiens et dans certains hebdomadaires, dont Le Point, a suscité étonnement, incompréhension, indignation, et parfois colère.

Ces campagnes publicitaires ne sont pas conçues, bien sûr, par l’équipe rédactionnelle de RFI, et ne relèvent pas de la déontologie journalistique, terrain sur lequel j’interviens, en tant que médiatrice. Mais je suis censée, également, me faire votre porte-parole, à vous, auditeurs et internautes, auprès de la direction de RFI. Et mon rôle, comme il est dit dans la charte de déontologie de l’entreprise, est aussi de contribuer à la « crédibilité » de RFI. Voilà pourquoi ce blog répercute certaines de vos remarques.
La direction de RFI, que j’ai interrogée, tient d’entrée de jeu à lever toute ambiguïté, en affirmant : « nous ne soutenons pas plus le port du voile que l’utilisation des enfants soldats dans les conflits ». Il s’agit de présenter « des sujets forts de société, d’environnement ou de politique car notre vocation est d’expliquer, d’analyser, de donner des clés à nos auditeurs pour mieux comprendre l’actualité », « d’interpeller le public et de le faire réfléchir ».
Les auditeurs qui ont protesté n’ont pas saisi, eux, le sens de ces messages visuels.
- Bernard Rousselot, qui se présente comme un « militant laïque », m’a ainsi adressé ce courriel : « Au moment où la représentation nationale vient de voter une loi interdisant de facto le niquab dans l’espace public, cette campagne publicitaire est non seulement une provocation, mais encore d’une stupidité rare. Je note au passage les yeux bleus de la prisonnière. Une provocation dans la provocation ? »
Lionel, qui habite en Région parisienne, dit « ne pas saisir « l’esprit » de cette publicité », en disant : « je trouve son sens franchement ambigu et quelles que soient les intentions – à n’en pas douter très bonnes – de cette affiche, ne pensez-vous pas qu’elle pourrait être perçue comme franchement insultante vis-à-vis des femmes non musulmanes et renforcer le sentiment d’une « islamisation » de la France ? ».
 « Je suis un auditeur assez fréquent de RFI que j'ai pris l'habitude d'écouter lors de nombreux et lointains voyages », m’écrit Alain Chivet, qui explique : « j'apprécie en général la variété des sujets de vos émissions ainsi que l'esprit dans lequel vous abordez les problèmes de pays étrangers. C'est avec surprise que j'ai découvert les jolis yeux bleus qui me dévisagent par la fente d'une burka [en fait un niquab].
J'apprécierais beaucoup que l'on me dise comment je dois interpréter ce "message" que je trouve de prime abord choquant et déplacé dans le contexte actuel.
Pourquoi ne pas avoir choisi un sari ou un boubou bien plus seyants et moins provocateurs ?
Je ne sais si vous avez une fille mais est-ce là la tenue dont vous rêvez pour elle ? MOI PAS », conclut notre interlocuteur.
- Les femmes sont nombreuses à protester :
Fatima, de Gennevilliers : « En attendant le bus, je tombe sur votre affiche avec une fille en niquab qui m’a profondément choquée. Alors à présent pour faire le buzz on met des petits africains noirs et des femmes blanches aux yeux bleus portant le niquab islamique… ? »
Elisabeth, de Fréjus : « Je suis indignée par votre publicité dont le message subliminal semble être de mettre la femme européenne en burqua [en fait un niquab]…à croire qu’il n’y a pas assez de malheureuses comme ça ! »
Patricia, de Paris : « Je suis scandalisée en tant que laïque, athée et féministe (…) J’ai été profondément agressée par cette affiche sur un bus ! A quoi jouez-vous ? Tout cela est très malsain et je vous prie de croire que je n’écouterai plus votre station ! (…) Tout cela est confus et pervers.»
Dana à Beaucaire : « En tant que femme française et libre, l’image que vous vous faites de la féminité (…) est pour le moins déroutante (…) J’ai honte pour vous ».
- La honte… le mot revient souvent dans les courriels.
Philippe, de Paris : « Vous devriez avoir honte (…). Si c’est ça votre notion de l’international, je vous signale qu’il n’y a pas, à l’international, que des islamiques. Il y a des chrétiens, des bouddhistes, des taoïstes…etc. »
Marc, de Carcassonne : « La honte, cette affiche de femme voilée. Vous n’avez pas compris que vous alimentez la haine qui va exploser inévitablement, en surfant sur le prétexte de la crise économique… »
Damien, de Nancy : « Honte à vous pour cette campagne de pub indigne ».
- Parmi les autres réactions, certaines personnes estiment que RFI a failli à sa mission.
Ainsi Dominique, d’Aubervilliers : « Je tiens à vous faire part de ma révolte (…). Je vous rappelle que RFI signifie Radio France Internationale ! Vous êtes donc censés représenter les valeurs occidentales françaises ».
Christophe, de Lille : « Est-ce l’image de la femme française et de la femme en général à promouvoir dans le monde ? »
Anne-Marie et Daniel Droit, qui ont découvert la publicité dans Le Point, et se disent « étonnés et indignés » : « Dans quel pays sommes-nous ? Comment faut-il interpréter cette pleine page de publicité pour RFI ? Quel est le message ? Une femme aux yeux bleus en Burqua [en fait un niquab] …en France et/ou partout dans le monde ? Doit-on considérer que la communauté internationale – à laquelle s’adresse RFI – est à l’image de cette femme voilée au visage dissimulé, ce qui exprime une appartenance à une frange extrémiste d’une religion très éloignée de notre conception d’un état laïc et du sort réservé à la femme ? »
Patricia, à Villeneuve-Loubet, estime que RFI n’a pas respecté son cahier des missions et des charges. Elle s’en explique : « Cette publicité présente une femme (je le suppose…) aux yeux bleus (provocation ? France de demain ?), le visage entièrement dissimulé par un voile intégral, avec pour tout message : « l’info naît ici » (dans le seul regard d’un visage féminin dissimulé) et « l’info devient mondiale » (le rayonnement de la culture française ne me semble pas assuré de façon pertinente à travers ce message). J’avoue humblement ne pas saisir le sens de ce message publicitaire. Que comprendre ? Entre ambiguïté et provocation, le malaise est bien réel. Toutefois, je ne peux que m’étonner et m’indigner qu’une radio française à vocation internationale, censée diffuser la culture française et exposer le point de vue de la France face aux événements du monde contemporain, utilise une telle image de la femme (…) Les valeurs véhiculées par ce message ne correspondent pas à mon idéal laïque et républicain et me semblent même contraires à ce qu’est notre pays ( Ce qu’il est en train de devenir m’interpelle, m’inquiète au plus haut point !).
Ma démarche ne se veut ni intolérante, ni communautariste, bien au contraire. En tant que femme, citoyenne d’une république laïque aux valeurs desquelles je suis très attachée, je refuse avec véhémence (avant de tomber dans la virulence…) que l’image de la France soit portée, de façon officielle (RFI a en effet une vocation officielle) par une femme voilée aux yeux du monde. La loi ne vient-elle pas d’interdire le voile intégral dans les lieux publics français ? Ce genre de message ne peut, à mon sens, que contribuer à exacerber les communautarismes, les tensions, les extrémismes politiques et religieux, qui sont autant de sujets particulièrement sensibles en ce moment, dans notre pays comme au niveau Européen et mondial ! ».
Oui, c'est bien l'incompréhension et la perplexité qui semblent dominer. 
 
 
 
 
 
 
                        

 

25 Commentaires

Pourquoi mettez vous sur le même plan le voile et les enfants soldats?

Ce sont deux sujets différents. Je trouve ça honteux de votre part, vous êtes en train d'insulter toutes ces femmes qui portent le voile par conviction personnelle.

Bonjour,

Pourquoi aller chercher aussi loin ?
Cela ne reste qu'une publicité, pourquoi lui donner plus d'importance qu'elle n'en mérite ? RFI reste ce qu'elle est, elle n'a pas modifié ses programmes, ne s'est pas déclarée appartenir à une religion particulière ou autre. Elle a juste voulu faire plusieurs affiches qui représente l'actualité de maintenant. Et qui pourrait dire que le niqab n'a pas fait parti de notre quotidien durant le vote de son interdiction ?

Je pense vraiment qu'il ne faut pas s'arrêter à une affiche publicitaire, et surtout s'en servir pour dénigrer le contenu des programmes de RFI. C'est vraiment une complication de la vie qui n'apportera que débats inutiles.

Dès qu'une chose a un rapport à l'Islam en France, les gens en font tout de suite une montagne afin de la dénigrer.

Tolérance & Paix sont des mots que plus de gens devraient pratiquer au lieu d'en parler.

Bonne fin de soirée à tous.

Non non et non. La France n'est pas le niqhab! Il semble bien réducteur de vouloir montrer l'information soit disant mondiale. Montrer ce voile alors même que se déroulent des évènements d'horreurs dans ces pays concernant des communautés non musulmanes ne portant pas le voile est une honte pour la France soit disant laïque. Cette affiche est une agression. Je n'écouterai plus votre station. Tout cela est confus et pervers.

... la propagande religieuse, la désinformation - à l'opposé de ce que suppose la déontologie journalistique dans un pays civilisé ...

Cette affiche insulte la France. Je suis bien content de ne pas payer ma redevance. Pour l'info je resterai sur BBC World.

Que vous a fait l'islam pour que vous soyez à ce point islamophobe ? Je ne fais pas une utilisation hasardeuse de ce mot, je pense vraiment que la France tend à le devenir et notamment à cause des médias et de ce type d'article. Je précise que je suis français (au cas où !)

Bonjour,

Je souhaite également réagir sur cette campagne publicitaire, car elle me paraît parfaitement contradictoire avec ce que défend RFI. En effet, "L'info devient mondiale" dites-vous. Ce faisant, vous insistez en filigrane sur l'ouverture d'esprit et l'ouverture aux autres cultures. Or, pour illustrer cela, vous mettez en avant une femme dont nous ne voyons pas les traits, si ce n'est les yeux...Le voile reste et demeure un symbole de fermeture, qu'il soit choisi ou non par les femmes. Je comprends bien que vous souhaitez montrer la diversité de vos informations en montrant une caractéristique du monde musulman, mais l'image est en contradiction avec le message que vous voulez faire passer. Vous illustrez l'ouverture par le symbole de la fermeture : une femme que l'on ne voit pas, une femme sans identité, une femme lambda, sans existence, comme emprisonnée.
L'impression qui en ressort ne peut donc être bonne.
J'imagine que les publicitaires ont eu à l'esprit de faire parler de RFI avant tout chose, mais il ne faut pas confondre la publicité avec l'alerte : l'alerte est neutre et cherche à prévenir, que l'image soit positive ou négative ; la publicité peut être mauvaise, et se retourner dans ce dernier cas contre son auteur. C'est ici le cas pour RFI. Pourquoi devrait-on croire une radio qui se prétend ouverte d'esprit alors qu'elle ne montre que la fermeture.

Ou bien cette publicité est très mal faite. L'image aurait peut-être pu passer avec un slogan comme "Libérez-vous !", "L'info où vous ne l'attendez pas", "Sortez-vous", etc...

cordialement

« nous ne soutenons pas plus le port du voile que l’utilisation des enfants soldats dans les conflits »

Parce que pour vous, le voile peut être comparé à l'utilisation des enfants soldats dans les conflits (ou la sécheresse en Afrique, et autres problèmes)?

Quand on veut faire une compagne "choc", encore faut-il la maitriser. La campagne que vous avez faite confond le Niqab (ou le voile, selon vous) avec des problèmes majeurs. Votre réaction est encore plus scandaleuse (mettre sur un pied d'égalité "port du voile" et "enfants soldats")!

Le "(en fait un niquab)" qui revient intempestivement est particulièrement pénible. Dans la mesure où les yeux de la femme ne sont ni d'Arabie saoudite, ni d'Afghanistan ni du Pakistan, il me semble que cette pointe de précision distanciée est grotesque. On comprend bien le procédé, la raison face à la passion des auditeurs, son implication professorale, mais vous ne faites qu'éluder le problème. Faire du buzz racoleur et inconséquent pour prétendre vanter votre déontologie journalistique est un problème bien plus important que la nomenclature d'une prison de tissu!

"Ces campagnes publicitaires ne sont pas conçues, bien sûr, par l’équipe rédactionnelle de RFI, et ne relèvent pas de la déontologie journalistique"

Elle ne la relève pas non plus "votre déontologie journalistique".

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tag HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img> <p>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question vous est posée pour vérifier si vous êtes un humain et non un robot et ainsi prévenir le spam automatique.
Image CAPTCHA
Recopier les caractères de l'image (en respectant les majuscules, minuscules et sans espace).